Joueur de kora et poète connu dans le monde entier, Lamine Konté nous a quitté en Septembre 2007. Il fut l'un des premiers artistes à offrir une vision moderne de la kora, mettant en musique les œuvres des grands poètes d’Afrique et de la diaspora.

Issu d’une grande famille de griots, Lamine Konté est très tôt initié à la kora et à la chanson dans la pure tradition mandingue par ses parents, dont son oncle, alors maître incontesté de sa contrée natale, Sédhiou.

griot legendFils de Dialy Keba Konté, célèbre korafola de Kolda en Casamance, il s’installe en 1960 à Dakar chez son oncle Nago Gueye, premier korafola à faire une tournée internationale en 1930, et intègre plus tard l’Ecole des Arts de Dakar, s’émancipant alors du modèle familial.

Installé en France en 1971, il affiche  son style novateur dans trois albums-clé :    

 - La kora du Sénégal (vol 1 et 2), une réussite d’harmonie et de dextérité mariant airs socés, mbalax, afro-cubain, jazz, soul et r&b,

 - Chant du Nègre, chant du monde. Sur les écrits des chantres de la littérature négro-africaine, l’artiste crée un accompagnement musical, brodant constamment autour de la partie chantée.

 - Griot LegendL

et aussi dans des musiques de film :

- Bako l’autre Rive de Jacques Champreux,

- Du Sénégal aux Amériques de Jean Mazel,

- Baara de Souleymane Cissé

- Journey through the  secret life of plantsen collaboration avec Stevie Wonder qui chante en bambara dans ce double album sorti en 1979.

 "J’ai vécu la musique avant de la faire" avouait cet artiste élevé dans un 'conservatoire familial de griots socés' (peuple du mandingue).

                                           - un superbe morceau : "Dunya"